Un internaute somme Reynouard de répondre à l’accusation selon laquelle Hitler aurait été un franc-maçon serviteur de l’Ordre mondial.

Après avoir réfuté cette allégation (ce qu’il fait en quelques minutes), Reynouard démontre que la logique qui conclut en un Hitler franc-maçon est identique à celle qui conclut en l’existence des prétendues « chambres à gaz » homicides hitlériennes. Ces développements lui permettent de revenir sur le révisionnisme et d’approfondir l’argumentation.
Reynouard termine son exposé en expliquant pourquoi il a choisi de combattre sans haine POUR la vérité plutôt que CONTRE des adversaires désignés.

Plan de l’exposé :

Épisode 1

1°) Hitler franc maçon ? Pourquoi pas…
– Une thèse qui découle de celle, plus générale, du « complot mondial »
– Le seul critère d’appréciation d’une thèse
– L’exemple (strictement personnel) de mon évolution spirituelle

2°) Aucune preuve d’un Hitler franc-maçon

3°) « Hitler était Franc-maçon » et « les chambres à gaz ont existé » : une logique semblable (I)

 

Épisode 2

4°) Les signes maçonniques prétendument effectués par Hitler
– La poignée de main au président Hindenburg (1933)
– Une thèse dont la logique mène à l’absurde
– Des « signes maçonniques »… qui n’en sont pas

 

Épisode 3 :

5°) Quand l’opinion préconçue fabrique des « preuves »
– 1976 : La « preuve » de la vie intelligente sur Mars
– Les « bavures criminelles » à Auschwitz-Birkenau
– Hitler franc-maçon : la même logique

6°) Aucune preuve qu’Hitler aurait survécu à la défaite militaire
– Les documents de la CIA et du FBI n’apportent rien
– Le cas du « franc maçon » Hermann Göring

 

Épisode 4 :

 
7°) Hitler, agent de la judéo-maçonnerie ? Une thèse intenable
– Une apparence sensible n’est pas contraire à la réalité
– Un présupposé erroné

8°) « Hitler était Franc-maçon » et « les chambres à gaz ont existé » : une logique semblable (II)
– La prétendue « preuve » de l’extermination des Juifs hongrois à Birkenau
– Les prothèses visibles à Auschwitz : preuve d’un massacre de masse ?
– Comment on explique « l’Album d’Auschwitz » aux jeunes

 

Épisode 5 :

9°) Hitler fut un réel opposant au mondialisme libéral capitaliste

10°) Un mal nécessaire, donc un combat positif et sans haine
 
Conclusion : le révisionnisme et la réhabilitation du national-socialisme : deux combats essentiels

 
 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

50 comments

  1. buridan 26/11/2017 at

    Répondre
    • buridan 26/11/2017 at

      Répondre

      Pour développer un peu tout de même:
      http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k297284c/f3.image.r=hitler%20franc%20ma%C3%A7onnerie?rk=42918;4

      lire :revue de la presse en bas de page….

      • G.T. 30/11/2017 at

        Répondre

        C’est une manie chez vous : Le Figaro du 31 mars 1933 décrit la situation avant l’abolition de la franc-maçonnerie.

    • G.T. 30/11/2017 at

      Répondre

      Pas de chance : ce numéro, duquel vous déduisez qu’Adolf Hitler n’aurait pas aboli la franc-maçonnerie, date de mai 1933, donc de plus de deux ans avant qu’il l’eût abolie !

      Avant d’être abolie, la franc-maçonnerie, il ne l’avait pas abolie.

      Après avoir été abolie, elle était abolie.

      Ça va ?

      Pas trop difficile à comprendre ?

    • G.T. 30/11/2017 at

      Répondre

      Pas de chance : ce numéro, duquel vous déduisez qu’Adolf Hitler n’aurait pas aboli la franc-maçonnerie, date de mai 1933, donc de plus de deux ans avant qu’il l’eût abolie !

      Avant d’être abolie, la franc-maçonnerie, il ne l’avait pas abolie.

      Après avoir été abolie, elle était abolie.

      Ça va ?

      Pas trop difficile à comprendre ?

    • G.T. 30/11/2017 at

      Répondre

      Buridan,

      Mille excuses. Vraiment je suis désolé. Les premières réponses que je vous ai faites (voir ci-dessous) ne tenaient compte que de la date de ces publications. Elles sont aussi injustes que possible.

      Vos sources n’ont pas l’objet que je leur ai d’abord cru : pas d’anachronisme ici ; ces documents sont en réalité fort instructifs.

      Merci d’avoir partagé ces liens avec M. Reynouard, et avec ceux qui, comme moi, sont revenus ici. J’espère que nombreux seront ceux qui pourront profiter de vos recherches.

      Je les répète ici, dans l’ordre chronologique :

      Le Figaro du 31 mars 1933 :
      http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k297284c/f3.item.zoom

      La Revue d’économie sociale de juin 1934 :
      http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57585379/f24.item.zoom

      La Revue hebdomadaire : romans, histoire, voyages (mai 1935)
      http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414613g/f404.item.zoom

      Rappel : août 1935, interdiction de la franc-maçonnerie en Allemagne.

      La Revue hebdomadaire : romans, histoire, voyages (novembre 1935) :
      http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4146170/f271.item.zoom

      En vous remerciant de nouveau.

    • G.T. 30/11/2017 at

      Répondre

      Pour résumer :

      Le Figaro du 31 mars 1933 :
      L’actualité vue par le flanc droit de la grande presse…
      On remarquera la façon d’y présenter les choses :

      Boycottage des Israélites en Allemagne
      […]
      Comme on le verra plus loin, les colonies juives à l’étranger ripostent par le boycottage des marchandises allemandes.

      Le boycott allemand était en fait une réplique au boycott lancé par des organisations juives de l’étranger !
      Fort intéressant tout de même.
      La franc-maçonnerie se plie au régime nouveau d’Adolf Hitler ; il s’agit de la franc-maçonnerie de Vieille Prusse, devenue un ordre chrétien en réalité, selon la dernière de ces quatre sources.

      La Revue d’économie sociale de juin 1934 :
      Revue française nationaliste, « germanophobe », voyant donc d’un œil inquiet le Troisième Reich.

      La Revue hebdomadaire. Romans, histoire, voyages (mai 1935) :
      Résumé historique de la franc-maçonnerie en Allemagne (hors Illuminati).
      Distinction entre les loges de Vieille Prusse, nationalistes, et les loges humanistes.
      À l’avènement du Troisième Reich, les loges de Vieille Prusse deviennent des ordres chrétiens, les loges humanistes sont fermées (toutes le seront définitivement quelques mois plus tard).
      De mon point de vue, la plus intéressante des quatre sources sur cette question.

      La Revue hebdomadaire. Romans, histoire, voyages (novembre 1935) :
      Serait aujourd’hui qualifiée de complotiste.

  2. un message du ciel 19/11/2017 at

    Répondre

    Bonjour Monsieur Reynouard,
    Un petit coucou pour vous féliciter une fois de plus sur votre travail.
    J’espère que vous allez bien et que vous garder le moral.

    J’espère surtout pouvoir, un jour, vous rencontrer autour d’un bon repas.
    Et qui sait… Nous plaisanterons sur ces années sombres que vous vivez.

    Gardez espoir et n’oubliez pas que l’on vous regarde du ciel Monsieur Reynouard ;).
    Dieu est beaucoup plus proche de vous que vous ne pouvez l’imaginer.

    LD

  3. G.T. 14/11/2017 at

    Répondre

    Raul Hilberg, Le Nouvel Observateur (3/9 juillet 1982), p 7 :

    Les révisionnistes «⁣ont soulevé des questions qui ont eu pour effet d’engager des historiens dans de nouvelles recherches. Ils ont obligé à rassembler davantage d’informations, à réexaminer les documents et à aller plus loin dans la compréhension de ce qui s’est passé.

    Un grand merci pour le Kanon de Pachelbel !

    https://youtu.be/stCKjZniMsQ

  4. Saruman38 08/11/2017 at

    Répondre

    Vincent, dans la quatrième partie, vous parlez de fosses de crémation, mais il me semblait que vous aviez démontré dans une précédente vidéo qu’il est impossible de brûler des cadavres dans de telles fosses.

  5. G.T. 04/11/2017 at

    Répondre

    Récapitulons : Hitler était franc-maçon selon une photo où il cache sa main dans sa veste à la façon des francs-maçons, bien qu’il n’y cache pas sa main dans sa veste ! Il y a aussi une image où il est en tenue maçonnique, qui est truquée, et des photos où il serre des mains naturellement mais sur lesquelles nous devons voir quand même des poignées de main maçonniques. D’autres photos montrent ses mains dans des poses qui ne sont pas maçonniques, et il faut y voir des preuves de son appartenance à la franc-maçonnerie. Et puis il y a l’insurpassable argument d’Annarion, qui montre qu’Hitler aurait été financé par des banquiers juifs de Wall Street, la preuve consistant en l’assertion d’un homme qui, dans un livre, déclarait tenir cette révélation… d’un homme qui n’a jamais existé.

    On se demande bien pourquoi il reste des sceptiques !

    La même Annarion trouve heureusement une nouvelle preuve : le pouvoir d’Hitler ne serait pas légitime (selon Dieu, apparemment, dont Annarion serait le porte-parole), au contraire du pouvoir des empereurs du Saint Empire romain germanique. On se demande bien quand Dieu aurait déclaré le pouvoir d’Hitler moins légitime que celui de souverains ayant acheté leur trône en soudoyant une demi-douzaine de féodaux !

    Deux militants d’une association de soutien aux Palestiniens avaient diffusé une image dont un texte caché affirmait ce que réfute M. Reynouard dans ces vidéos : Hitler aurait été un Juif persécutant les Juifs par sionisme ! Dès qu’ils virent ce texte, ces militants retirèrent cette image.

    http://www.ujfp.org/spip.php?article4071

    Après un premier procès, les parties civiles se montrèrent raisonnables et retirèrent leur plainte.

    http://www.ujfp.org/spip.php?article5403

    Mais au fait, qui répand ces sornettes selon lesquelles Hitler aurait été un agent franc-maçon ou Juif ?

    Cette thèse fut propagée par le rabbin Gunther Plaut, ancien président du Congrès juif canadien (équivalent du C.R.I.F. en France), avec le soutien… d’Élie Wiesel lui-même !

    https://henrymakow.wordpress.com/2012/07/04/les-juifs-illuminati-furent-ils-responsables-de-lholocauste/

    Tout est dit !

    Quand au Dr Henry Makow, qui diffuse cette légende, il se qualifie de « Juif anciennement luciférien » (Henry Makow has shown great courage here to identify himself as an « Ex-Luciferian Jew »).

    http://educate-yourself.org/cn/makow2confessionsexluciferianjew1jan13.shtml

    Avec de telles preuves, avec de tels témoins, avec de telles références, la thèse faisant d’Adolf Hitler un franc-maçon Juif sort du même moule que certaines autres.

    • G.T. 05/11/2017 at

      Répondre

      À propos de la vidéo n°3 :

      Il y eut aussi, vers la fin du dix-neuvième siècle, les fameux « canaux de Mars ».

      http://www.cosmovisions.com/MarsChrono0402.htm

      Certains conclurent de ces observations que des Martiens auraient construit des canaux des pôles à l’équateur de leur planète, afin d’irriguer les régions tropicales à la saison sèche, ce qui, décidèrent-ils, prouvait qu’ils avaient édifié une société socialiste et internationaliste, seule capable, affirmaient-ils, d’une telle œuvre.
      Les humains devaient donc suivre leur exemple pour n’être pas un jour, comme les Indiens d’Amérique, victimes de leur retard technique. Ce thème fut repris par le socialiste britannique Herbert George Wells dans La Guerre des mondes (The War of the Worlds, 1897), où les Martiens, sur le point d’anéantir une humanité scientifiquement en retard, sont tués… par les microbes, comme les Indiens avant eux !

      Les canaux de Mars, qui avaient tant fait penser, parler et écrire, n’étaient qu’une illusion.

      La revue du 23 avril 1976 évoque aussi Elvis Presley, qu’elle affirme toujours vivant. Quel symbole !

      • G.T. 09/11/2017 at

        Répondre

        Lu sous la vidéo n° 2 :

        – Clément :

        Pour info votre quatrième vidéo sur le sujet a battu tous les records de censure en France, elle a à peine tenu une heure ou deux, juste le temps de la regarder sur le téléphone.

        Le pire est que les censeurs n’ont même pas dû se rendre compte, dans leur aveuglement sectaire, que le passage le plus dévastateur pour eux était tiré de propos antirévisionnistes cités par M. Reynouard.

    • Trejo-Richard Aurélien 14/11/2017 at

      Répondre

      Pardonnez-moi cher monsieur. Je ne fais pas du fait qu’Hitler n’a pas de légitimité la preuve de son appartenance à la franc-maçonnerie. Je ne défends pas la thèse de son appartenance à la franc-maçonnerie, mais je dis que cela n’est pas impossible, malgré les arguments de monsieur Reynouard. Je ne fais que remarquer que les arguments de monsieur Reynouard ne sont pas entièrement convaincants. Quant à l’illégitimité d’Hitler elle est la même que celle de tout régime démocratique. Un souverain légitime doit obtenir son pouvoir d’un pouvoir légitime précédent, un pouvoir qui est confirmé par l’Eglise universelle. La légitimité se transmet, je ne sache pas que le Saint empire romain germanique, ait transféré quoique ce soit à un régime politique moderne et de nature démocratique. Sans la confirmation par l’Eglise de la possession d’un pouvoir légitime, il ne saurait y avoir de pouvoir légitime.

      • G.T. 14/11/2017 at

        Répondre

        Le début de votre phrase souffre de coquilles en rendant le sens obscur.

        M. Reynouard a prouvé que la thèse faisant d’Adolf Hitler un franc-maçon ne reposait que sur des mensonges . Son œuvre a aboli l’entreprise maçonnique, de sorte qu’en déclarant que, malgré l’absence de preuves, il était peut-être franc-maçon, vous proférez une absurdité.

        Hitler a reçu le pouvoir. Il n’existe aucun critère le rendant moins légitime que celui du Saint Empire romain germanique

        • G.T. 14/11/2017 at

          Répondre

          Et j’ajoute que le Saint-Siège a reconnu ce régime (Concordat, représentation diplomatique…).

        • Trejo-Richard Aurélien 17/11/2017 at

          Répondre

          Je voulais dire que le fait qu’Hitler n’était pas légitime ne peut servir de preuve de son appartenance à la franc-maçonnerie et donc l’argument de l’illégitimité n’a pour but que de montrer que ce n’est pas l’appartenance ou non à la franc-maçonnerie qui suffit à régler le problème du sens de son action.

          Le premier critère est le critère de l’onction que confère l’Eglise. Le critère deuxième critère est un critère de droit qui est qu’il doit être lé dépositaire légitime du détenteur du pouvoir précédent. La légitimité vient pour partie de la continuité du pouvoir. Or Hitler lui change de régime politique . De quel droit le fait-il ? S’appuyant sur les institutions de la République de Weimar il obtient le pouvoir, or la République de Weimar elle-même n’a pas de légitimité juridique, puisqu’elle ne peut justifier du fait qu’elle remplace un régime de droit divin à savoir le Saint Empire Romain germanique. Hitler a reçu le pouvoir de qui ? Quelle source légitime lui transmet le pouvoir et sur quelle base légale? Si quelqu’un dit qu’il reçoit la pouvoir du peuple il tombe dans une hérésie, car tout pouvoir vient de Dieu, et non du peuple, donc on ne peut recevoir a pouvoir d’un autre que de Dieu, donc c’est l’onction qui confère la pouvoir de gouverner légitimement du moins depuis l’union du trône et de l’autel, depuis que Saint Constantin a fait cet acte qui a bouleversé le monde.

          Pour servir le bien il faut servir le Christ, or pour servir le Christ il n’est guère possible de s’opposer ni à l’Eglise, ni à ses enseignements. Le régime national socialiste exerçait l’eugénisme, ce qui est contraire aux enseignements de l’Eglise et défendait l’évolutionnisme, doctrine aussi contraire au dogme chrétien, puisque niant la genèse biblique et par là-même l’incarnation de Jésus-Christ.

          Si l’œuvre de Hitler a aboli l’œuvre maçonnique comment expliquer les éléments nombreux et forts troublants de pratiques occultistes dans les cercles nationaux socialistes? Agit-il comme serviteur de Christ, rien ne l’indique ?

          La question de l’appartenance ou non de Hitler à la franc-maçonnerie est secondaire.

          • G.T. 17/11/2017 at

            Trejo-Richard Aurélien,

            Vous dites que :

            … l’argument de l’illégitimité n’a pour but que de montrer que ce n’est pas l’appartenance ou non à la franc-maçonnerie qui suffit à régler le problème du sens de son action.

            Je l’ai bien compris, et je ne répondais sur le mensonge de son appartenance à la franc-maçonnerie que parce que vous l’aviez évoqué.

            Le premier critère est le critère de l’onction que confère l’Eglise.

            Si vous employez le mot onction au sens de baptême, alors Hitler, baptisé, avait selon vous un pouvoir légitime. Si vous voulez dire sacre avec onction, alors ni Constantin ni Clovis n’eurent pour vous de pouvoir légitime.

            La légitimité vient pour partie de la continuité du pouvoir. Or Hitler lui change de régime politique . De quel droit le fait-il ?

            Application des principes du pouvoir en place : le NSDAP obtient 44% des voix aux élections de mars 1933, et un parti qui lui est allé atteint 8%, ce qui permet le vote de la loi d »habilitation lui permettant de former ce nouveau régime.

            … or la République de Weimar elle-même n’a pas de légitimité juridique, puisqu’elle ne peut justifier du fait qu’elle remplace un régime de droit divin à savoir le Saint Empire Romain germanique.

            Anachronisme : le Saint Empire romain germanique (962-1806) disparaît à l’instauration par Napoléon de la Confédération du Rhin, qui disparaît par la victoire des alliés à Leipzig en 1813. Au congrès de Vienne, les Habsbourg, derniers détenteurs du titre d’empereur romain germanique, entérinent la mort de leur empire. Connaissez-vous même un tout petit peu l’histoire de cet empire ? Il semble que non. Vous ne savez apparemment même pas que l’empereur, s’il était couronné, n’était pas oint. Pas de sacre ! Pouvoir illégitime, selon vous (d’ailleurs les empereurs romains germaniques ne furent en général que des fantoches, au contraire des Capétiens, leurs ennemis de toujours). C’était pire pour le rex catholicus, le roi catholique, c’est-à-dire le roi d’Espagne, dans le légitimité duquel l’Église n’intervenait pas et qui était donc un usurpateur selon cette nouveauté qu’est la conception du pouvoir par votre caprice individuel.

            Pour votre gouverne, la République de Weimar succéda au Deuxième Reich (1871-1918), régime reconnu pour légitime par les Habsbourg, qui avaient été les derniers empereurs romains germaniques. De grâce, ouvrez ai moins une encyclopédie, avant de pontifier sur un sujet dont vous ignorez manifestement presque tout.

            … car tout pouvoir vient de Dieu, et non du peuple …

            Oui, saint Paul dit que tout pouvoir vient de Dieu, et qu’il faut donc respecter tout pouvoir. C.Q.F.D.

            Le régime national socialiste exerçait l’eugénisme, ce qui est contraire aux enseignements de l’Eglise et défendait l’évolutionnisme, doctrine aussi contraire au dogme chrétien, puisque niant la genèse biblique et par là-même l’incarnation de Jésus-Christ.

            N’importe quoi. Hitler était catholique et ne niait pas l’incarnation. L’Église elle-même reconnaît que la Bible n’est pas un traité scientifique et enseignait non les âneries de l’Ancien Testament mais la Science des Grecs. Lors de la guerre de Trente Ans le pape commit l’erreur de sortir de cette sage tradition catholique et les francs-maçons, ces occultistes, osèrent faire accroire que c’était la preuve que celle-ci était obscurantiste. Si vous voulez vous revêtir de ce déguisement de coupable taillé par les lucifériens pour faire haïr l’Église, c’est votre problème. À mon avis vous et M. Reynouard feriez mieux d’éviter ce piège en vous gardant de mêler des questions scientifiques, donc des vérités toujours partielles et changeantes, à la vérité morale.

            Si l’œuvre de Hitler a aboli l’œuvre maçonnique comment expliquer les éléments nombreux et forts troublants de pratiques occultistes dans les cercles nationaux socialistes ?

            C’est simple : votre cher Saint Empire romain germanique, cet État multi-national, multi-culturel et multi-confessionnel, contraire à tous les enseignements de l’Église, où le souverain ne régna en général que de nom, n’était pas sacré, s’opposait en tout à l’Église, cet État qui saccagea Rome et que par extrême ignorance vous osez soutenir, fut une couveuse à dissensions, à sectes, à hérésies et à société secrètes. La Confédération du Rhin et la Confédération germanique qui lui succédèrent étaient à peu près du même acabit. Ce fut dans ce chaudron infernal, cette tour de Babel, votre idéal… euh… « catholique », n’est-ce pas ? … que naquirent les rose-croix et les illuminati. La franc-maçonnerie y prospéra. Remarquez bien que vous n’êtes pas le seul à le chérir : les lucifériens vous ont précédé dans cette admiration. Simple coïncidence, ou preuve de votre imprégnation par ce modernisme que vous rejetez ?

            Hitler hérita ce bazar et dut faire avec. Voici sa conception des choses :

            Nous ne permettrons pas aux gens à l’esprit mystique ayant une passion pour l’occulte d’explorer les secrets du monde au-delà du raisonnable dans notre mouvement. De telles personnes ne sont pas des nationaux-socialistes, mais quelque chose d’autre ; dans tous les cas, quelque chose qui n’a rien à voir avec nous. »
            – Adolf Hitler, Nuremberg, 1938.

            Voici une liste d’organisations maçonniques / occultes interdites que les SS et la Gestapo firent fermer :
            – la Grande Loge symbolique de l’Allemagne, ainsi que ses loges sœurs ;
            – les Franc-maçons du Soleil Levant, Hambourg, ainsi que leirse loges sœurs ;
            – la Grande Loge du Soleil, Bayreuth, ainsi que ses loges sœurs ;
            – la Grande Loge maçonnique concorde de Darmstadt, ainsi que ses loges sœurs ;
            – la Grande Loge fédérale de l’Union éclectique, Francfort, ainsi que ses loges sœurs ;
            – la Grande Loge d’Hambourg, ainsi que ses loges sœurs ;
            – l’Ordre chrétien allemand de Saxe, Dresde, ainsi que ses loges sœurs ;
            – l’Ordre de la Cathédrale chrétienne allemande de Leipzig, ainsi que ses loges sœurs ;
            – la Grande Loge Mère nationale à trois globes de Berlin ainsi que ses loges sœurs ;
            – la Grande Loge de Prusse “Appel à l’amitié” de Berlin, ainsi que ses loges sœurs ;
            – l’Ordre des Étranges Compagnons ;
            – l’Ordre des Druides ;
            – l’Ordre du Réchabite ;
            – la Grande Loge « Le Droit Humain » ;
            – la Loge Maçonnique internationale des Travailleurs ;
            – la Franc-Maçonnerie des Travailleurs ;
            – le temple à ciel ouvert la Finnière “Winkelloge” de Leipzig ;
            – la Loge du Créateur « Colonis » ;
            – l’Ordre des Chevaliers du Saint Graal de Berlin ;
            – la Société d’Anthropomorphisme ;
            – le mouvement Mazdaznan-Ebdar “La Confrérie assermentée des rites anciens” ;
            – l’Ordre du Saint Graal ;
            – Dans l’est de Patmos, l’organisation de Bo Yin Ra ;
            – l’Ordo Templis Orientalis (O.T.O.) ;
            – la Confrérie de Saturne (y compris la Société d’Études éotériques) ;
            – L’Ordre des Illuminati (fondé en 1896)
            – l’Association d’Orion (les Tables Adonis, secte du Dr Musallam Sattler) ;
            – la Société Rose-Croix d’Allemagne ;
            – la Médaille du Graal (secte Norusnin) ;
            – la Grande Loge du « Vrai Chemin » de Hanovre ;
            – les Loges spirituelles « Chemin vers la Lumière » de Magdeburg ;
            – le Sanctuaire Suprême des Rites écossais de la Franc-Maçonnerie d’Allemagne ;
            – la Franc-Maçonnerie de Swedenborg ;
            – les Templiers de l’Orient ;
            – l’Ordre Hermétique de l’Aube dorée ;
            – le Rite Misraïm 90° ;
            – le Rite Memphis de l’Orient 97° :
            – L’Âge et le Rite accepté de Heredom ;
            – la Fraternité hermétique de la Lumière ;
            – la Fraternité rosicrucienne ;
            – la Nouvelle Église gnostique ;
            – Les Nouveaux Illuminati ;
            – l’École générale pansophique ;
            – la Société pansophique ;
            – l’Association des Franc-Maçons allemands de Leipzig ;
            – l’Association maçonnique « Paroles et Actes » de Francfort ;
            – l’Association des Jeunes Maçons « Les Disciples de George Squires » de Dresde.

            Reinhard Heydrich ordonna au Service de Sécurité (SD) et à la Police Secrète (Gestapo) de saisir les documents des organisations occultes le 20 juillet 1937 et des loges franc-maçonnes le 23 avril 1938. Aleister Crowley avait sagement quitté l’Allemagne en 1932. Eugène Grosche, le fondateur de la Fraternité de Saturne, a fui les « nazis » pour se réfugier en Suisse, et Karl Germer, le meilleur ami d’Aleister Crowley, s’est retrouvé dans un camp de concentration en 1937. Les raisons de son arrestation qui lui furent annoncées étaient : « Vous avez soutenu les activités subversives de la franc-maçonnerie, résidant maintenant à l’étranger, en ayant gardé un contact permanent ; et en répandant ses enseignements vous avez tenté de recruter des disciples pour lui en Allemagne. »
            Source : Peter-Robert Koening dans ses écrits Les Esclaves doivent servir. Les Templiers du Reich.

            De Louis XVI et d’Adolf Hitler, qui était le plus entouré d’occultistes ? Veuillez, pour une fois, vous renseigner, avant de me chanter de couplets lucifériens au nom de votre conception très nouvelle du catholicisme.

          • G.T. 17/11/2017 at

            Trejo-Richard Aurélien,

            Vous dites que :

            … l’argument de l’illégitimité n’a pour but que de montrer que ce n’est pas l’appartenance ou non à la franc-maçonnerie qui suffit à régler le problème du sens de son action.

            Je l’ai bien compris, et je ne répondais sur le mensonge de son appartenance à la franc-maçonnerie que parce que vous l’aviez évoqué.

            Le premier critère est le critère de l’onction que confère l’Eglise.

            Si vous employez le mot onction au sens de baptême, alors Hitler, baptisé, avait selon vous un pouvoir légitime. Si vous voulez dire sacre avec onction, alors ni Constantin ni Clovis n’eurent pour vous de pouvoir légitime.

            La légitimité vient pour partie de la continuité du pouvoir. Or Hitler lui change de régime politique . De quel droit le fait-il ?

            Application des principes du pouvoir en place : le NSDAP obtient 44% des voix aux élections de mars 1933, et un parti qui lui est allé atteint 8%, ce qui permet le vote de la loi d »habilitation lui permettant de former ce nouveau régime.

            … or la République de Weimar elle-même n’a pas de légitimité juridique, puisqu’elle ne peut justifier du fait qu’elle remplace un régime de droit divin à savoir le Saint Empire Romain germanique.

            Anachronisme : le Saint Empire romain germanique (962-1806) disparaît à l’instauration par Napoléon de la Confédération du Rhin, qui disparaît par la victoire des alliés à Leipzig en 1813. Au congrès de Vienne, les Habsbourg, derniers détenteurs du titre d’empereur romain germanique, entérinent la mort de leur empire. Connaissez-vous même un tout petit peu l’histoire de cet empire ? Il semble que non. Vous ne savez apparemment même pas que l’empereur, s’il était couronné, n’était pas oint. Pas de sacre ! Pouvoir illégitime, selon vous (d’ailleurs les empereurs romains germaniques ne furent en général que des fantoches, au contraire des Capétiens, leurs ennemis de toujours). C’était pire pour le rex catholicus, le roi catholique, c’est-à-dire le roi d’Espagne, dans le légitimité duquel l’Église n’intervenait pas et qui était donc un usurpateur selon cette nouveauté qu’est la conception du pouvoir par votre caprice individuel.

            Pour votre gouverne, la République de Weimar succéda au Deuxième Reich (1871-1918), régime reconnu pour légitime par les Habsbourg, qui avaient été les derniers empereurs romains germaniques. De grâce, ouvrez ai moins une encyclopédie, avant de pontifier sur un sujet dont vous ignorez manifestement presque tout.

            … car tout pouvoir vient de Dieu, et non du peuple …

            Oui, saint Paul dit que tout pouvoir vient de Dieu, et qu’il faut donc respecter tout pouvoir. C.Q.F.D.

            Le régime national socialiste exerçait l’eugénisme, ce qui est contraire aux enseignements de l’Eglise et défendait l’évolutionnisme, doctrine aussi contraire au dogme chrétien, puisque niant la genèse biblique et par là-même l’incarnation de Jésus-Christ.

            N’importe quoi. Hitler était catholique et ne niait pas l’incarnation. L’Église elle-même reconnaît que la Bible n’est pas un traité scientifique et enseignait non les âneries de l’Ancien Testament mais la Science des Grecs. Lors de la guerre de Trente Ans le pape commit l’erreur de sortir de cette sage tradition catholique et les francs-maçons, ces occultistes, osèrent faire accroire que c’était la preuve que celle-ci était obscurantiste. Si vous voulez vous revêtir de ce déguisement de coupable taillé par les lucifériens pour faire haïr l’Église, c’est votre problème. À mon avis vous et M. Reynouard feriez mieux d’éviter ce piège en vous gardant de mêler des questions scientifiques, donc des vérités toujours partielles et changeantes, à la vérité morale.

            Si l’œuvre de Hitler a aboli l’œuvre maçonnique comment expliquer les éléments nombreux et forts troublants de pratiques occultistes dans les cercles nationaux socialistes ?

            C’est simple : votre cher Saint Empire romain germanique, cet État multi-national, multi-culturel et multi-confessionnel, contraire à tous les enseignements de l’Église, où le souverain ne régna en général que de nom, n’était pas sacré, s’opposait en tout à l’Église, cet État qui saccagea Rome et que par extrême ignorance vous osez soutenir, fut une couveuse à dissensions, à sectes, à hérésies et à société secrètes. La Confédération du Rhin et la Confédération germanique qui lui succédèrent étaient à peu près du même acabit. Ce fut dans ce chaudron infernal, cette tour de Babel, votre idéal… euh… « catholique », n’est-ce pas ? … que naquirent les rose-croix et les illuminati. La franc-maçonnerie y prospéra. Remarquez bien que vous n’êtes pas le seul à le chérir : les lucifériens vous ont précédé dans cette admiration. Simple coïncidence, ou preuve de votre imprégnation par ce modernisme que vous rejetez ?

            Hitler hérita ce bazar et dut faire avec. Voici sa conception des choses :

            Nous ne permettrons pas aux gens à l’esprit mystique ayant une passion pour l’occulte d’explorer les secrets du monde au-delà du raisonnable dans notre mouvement. De telles personnes ne sont pas des nationaux-socialistes, mais quelque chose d’autre ; dans tous les cas, quelque chose qui n’a rien à voir avec nous.

            – Adolf Hitler, Nuremberg, 1938.

            Voici une liste d’organisations maçonniques / occultes interdites que les SS et la Gestapo firent fermer :
            – la Grande Loge symbolique de l’Allemagne, ainsi que ses loges sœurs ;
            – les Franc-maçons du Soleil Levant, Hambourg, ainsi que leirse loges sœurs ;
            – la Grande Loge du Soleil, Bayreuth, ainsi que ses loges sœurs ;
            – la Grande Loge maçonnique concorde de Darmstadt, ainsi que ses loges sœurs ;
            – la Grande Loge fédérale de l’Union éclectique, Francfort, ainsi que ses loges sœurs ;
            – la Grande Loge d’Hambourg, ainsi que ses loges sœurs ;
            – l’Ordre chrétien allemand de Saxe, Dresde, ainsi que ses loges sœurs ;
            – l’Ordre de la Cathédrale chrétienne allemande de Leipzig, ainsi que ses loges sœurs ;
            – la Grande Loge Mère nationale à trois globes de Berlin ainsi que ses loges sœurs ;
            – la Grande Loge de Prusse “Appel à l’amitié” de Berlin, ainsi que ses loges sœurs ;
            – l’Ordre des Étranges Compagnons ;
            – l’Ordre des Druides ;
            – l’Ordre du Réchabite ;
            – la Grande Loge « Le Droit Humain » ;
            – la Loge Maçonnique internationale des Travailleurs ;
            – la Franc-Maçonnerie des Travailleurs ;
            – le temple à ciel ouvert la Finnière “Winkelloge” de Leipzig ;
            – la Loge du Créateur « Colonis » ;
            – l’Ordre des Chevaliers du Saint Graal de Berlin ;
            – la Société d’Anthropomorphisme ;
            – le mouvement Mazdaznan-Ebdar “La Confrérie assermentée des rites anciens” ;
            – l’Ordre du Saint Graal ;
            – Dans l’est de Patmos, l’organisation de Bo Yin Ra ;
            – l’Ordo Templis Orientalis (O.T.O.) ;
            – la Confrérie de Saturne (y compris la Société d’Études éotériques) ;
            – L’Ordre des Illuminati (fondé en 1896)
            – l’Association d’Orion (les Tables Adonis, secte du Dr Musallam Sattler) ;
            – la Société Rose-Croix d’Allemagne ;
            – la Médaille du Graal (secte Norusnin) ;
            – la Grande Loge du « Vrai Chemin » de Hanovre ;
            – les Loges spirituelles « Chemin vers la Lumière » de Magdeburg ;
            – le Sanctuaire Suprême des Rites écossais de la Franc-Maçonnerie d’Allemagne ;
            – la Franc-Maçonnerie de Swedenborg ;
            – les Templiers de l’Orient ;
            – l’Ordre Hermétique de l’Aube dorée ;
            – le Rite Misraïm 90° ;
            – le Rite Memphis de l’Orient 97° :
            – L’Âge et le Rite accepté de Heredom ;
            – la Fraternité hermétique de la Lumière ;
            – la Fraternité rosicrucienne ;
            – la Nouvelle Église gnostique ;
            – Les Nouveaux Illuminati ;
            – l’École générale pansophique ;
            – la Société pansophique ;
            – l’Association des Franc-Maçons allemands de Leipzig ;
            – l’Association maçonnique « Paroles et Actes » de Francfort ;
            – l’Association des Jeunes Maçons « Les Disciples de George Squires » de Dresde.

            Reinhard Heydrich ordonna au Service de Sécurité (SD) et à la Police Secrète (Gestapo) de saisir les documents des organisations occultes le 20 juillet 1937 et des loges franc-maçonnes le 23 avril 1938. Aleister Crowley avait sagement quitté l’Allemagne en 1932. Eugène Grosche, le fondateur de la Fraternité de Saturne, a fui les « nazis » pour se réfugier en Suisse, et Karl Germer, le meilleur ami d’Aleister Crowley, s’est retrouvé dans un camp de concentration en 1937. Les raisons de son arrestation qui lui furent annoncées étaient : « Vous avez soutenu les activités subversives de la franc-maçonnerie, résidant maintenant à l’étranger, en ayant gardé un contact permanent ; et en répandant ses enseignements vous avez tenté de recruter des disciples pour lui en Allemagne. »
            Source : Peter-Robert Koening dans ses écrits Les Esclaves doivent servir. Les Templiers du Re.

            De Louis XVI et d’Adolf Hitler, qui était le plus entouré d’occultistes ? Veuillez, pour une fois, vous renseigner, avant de me chanter de couplets lucifériens au nom de votre conception très nouvelle du catholicisme.

      • Clément 14/11/2017 at

        Répondre

        Reste à prouver que l’Eglise est un pouvoir légitime qui peut adouber d’autres pouvoirs politiques tels que des rois et, dans votre exemple, le Saint Empire Romain germanique.

        Cordialement

      • G.T. 15/11/2017 at

        Répondre

        Trejo-Richard Aurélien,

        J’ai lu trop précipitamment hier soir votre commentaire ! Il ne comporte en fait aucune coquille, et son sens est clair.

        Je pense pouvoir vous démontrer que, même du point de vue que vous défendez, le Troisième Reich n’avait pas moins de légitimité que le Saint Empire romain germanique. Je vous propose de poursuivre cette discussion plus bas, en réponse à un commentaire où vous explicitez davantage vos arguments ; j’y répondrai plus longuement aujourd’hui ou demain.

        Tout à fait en bas, j’aimerais que vous répondiez à ma question, s’il-vous-plaît : sur quoi vous appuyez-vous pour prétendre qu’Adolf Hitler aurait été un occultiste ? Tous les sites qui le prétendent donnent les mêmes arguments, aussi faux que la main prétendument cachée dans la veste, aussi peu fondés que l’assertion de Sutton sur le financement d’Adolf Hitler par Wall Street, et refusent toute mise au point et toute discussion.

        Hitler était catholique :

        http://liberation-44.forumactif.org/t1175-lumiere-sur-un-temoin-oublieanni-winter

  6. Catholique 03/11/2017 at

    Répondre

    Bonjour M. Reynouard. Vous l’aurez deviné, en tant que catholique je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites concernant la Bible dans votre premier épisode, et j’ai envie de vous prendre au mot, de voir si vous allez un deuxième fois être fidèle à vos principes et ne pas ignorer les réponses que je vais apporter à votre argumentation.

    Vous dites que l’Église a retouché les Évangiles pour asseoir son autorité. Mais c’est l’Église qui a assis l’autorité des Évangiles, et non pas le contraire. Souvenez-vous du fameux mot de Tertullien : « En ce qui me concerne, je ne croirais pas aux Évangiles, sans l’autorité de l’Église. » Vous faites de l’anachronisme en attribuant aux premiers chrétiens une attitude protestante qui ne jure que par la Bible et rien que la Bible.
    Vous dites :
    « Je ne pouvais croire que ce précepte duquel dépendait notre bonheur ou notre malheur éternel n’ait été enseigné qu’au dernier moment, avec si peu de témoins et consigné tardivement dans un seul évangile. »

    En cela, vous raisonnez en occidental moderne qui croit que « les paroles s’envolent mais les écrits restent » et transportez cette croyance dans le monde ancien. En fait, le primat de l’écrit est une exception dans l’histoire de l’humanité ; Platon expliquait déja les dangers de l’écrit par rapport à la transmission orale, ce que l’histoire confirme : l’histoire du développement de la chrétienté ou de l’Islam est émaillée de faussaires et d’interpolations. Plus près de nous, bien des auteurs catholiques ou autres ont dénoncé comment la manie de l’alphabétisation systématique accomplit d’une part un génocide culturel en écrasant toutes les cultures non-écrites, et d’autre part augmente formidablement les faussaires en écriture, la sous-littérature de masse, les journalistes et historiens menteurs (vous en savez quelque chose …)

    • G.T. 03/11/2017 at

      Répondre

      Excusez-moi, mais il me semble que M. Reynouard ne parlait pas de la primauté de l’écrit sur l’oral, mais disait ne pas croire que Jésus n’aurait enseigné un principe si important que par une déclaration unique, et tardive ?

      J’ajoute que sur le fond mon point de vue est à mi-chemin entre le vôtre et celui de M. Reynouard.

      M. Reynouard précise que les espaces de discussion sont YouTube et Facebook !

  7. clara 03/11/2017 at

    Répondre

    Hitler avait t il vraiment ordonne de faire des experiences medicales forcees sur les prisonniers ? Voulait il vraiment suicider tous ceux consideres comme anormaux ? Tout cela faisait il vraiment parti de son projet politique ?

  8. G.T. 02/11/2017 at

    Répondre

    Une vidéo, fort utile, hélas, compte tenu de l’inculture causée par l’effondrement du système scolaire.

    Sur sa chaîne YouTube, sous la même vidéo ( https://youtu.be/djzIYm8KU-E ),  une certaine Annarion commence par un long reproche quant à la « méthode » (?), sans aucune référence au propos de M. Reynouard, et dont la seule partie qui me semble avoir un sens est celle-ci :

    … il conclut à l’identité de nature en se fondant sur une ressemblance. Du fait que deux méthodes se ressemblent on ne peut conclure que les deux conclusions soient fausses.

    Il ne me semble justement pas que ce soit ce que fait M. Reynouard. S’il parle de la ressemblance de la thèse antirévisionniste à la thèse faisant d’Hitler un franc-maçon, ce n’est pas pour esquiver les arguments de la partie adverse, bien au contraire : il montre la fausseté de cet argument, en prouvant que, sur le potrait supposée montrer le Führer avec une main cachée sous son gilet comme sur des portaits de Napoléon ou de Staline (signe, pour les initiés, de son accession au treizième degré maçonnique), Hitler n’a justement pas la main cachée sous le gilet !

    On pourrait résumer brièvement la dispute : Hitler a fermé les loges maçonniques en juillet 1935, et toute son œuvre est opposée au projet maçonnique, raison pour laquelle son régime est généralement désigné d’une expression maçonnique, « les heures les plus sombres », signifiant l’opposition totale de l’idéologie maçonnique à cette œuvre.
    Mais revenons à Annarion qui en arrive tout de même à un argument concret :

    La démonstration est insatisfaisante, car il y a bien des preuves du financement du régime national socialiste par les banques de New York voir[e] les recherches de Sutton.

    Peut-être découvrira-t-on un jour que des banquiers de New York auraient, à un moment, financé l’ascension d’Hitler. Hélas pour Annarion, Sutton n’a fait aucune recherche sur le sujet, et, s’il avait vérifié quoi que ce fût, il se serait épargné certaines bévues ! Je cite ici quelqu’un qui, politiquement, est fort éloigné de moi : le Pr Dortiguier ( http://www.lelibrepenseur.org/des-fantaisies-sur-hitler-par-pierre-dortiguier/ ) :

    C’est précisément ce même nom de  Warburg que l’économiste et sur ce point peu rigoureux Anthony C. Sutton, cite pour avoir en 1933, avec ses collègues américains, chrétiens ou non, là n’est point ce qui nous occupe, financé l’arrivée au pouvoir du successeur du maréchal Hindenburg [Adolf Hitler], et qui désignera en 1945, dans le testament cité plus haut, le Grand Amiral Karl Dönitz comme Président du Reich (lequel avait combattu durant la Première Guerre ondiale avec son sous-marin, intégré dans la flotte turque, sous ce pavillon donc, en Mer noire !). De nombreux auteurs, comme le Hollandais De Ruyter débitent du Sutton en tranches, et le vendent ainsi comme un nouveau produit récemment mis au point, mais, hélas pour eux, le coup de grâce à cette légende tenace – et reçue comme une évidence par les nouveaux esprits forts – a été donné dans la dissertation déjà ancienne parue dans le périodique ou cahier d’histoire contemporaine Vierteljahresheft für Zeitgeschichte 1954/4, d’Hermann Lutz (1881-1965) – excellent enquêteur aussi sur les causes de la Première Guerre mondiale et la responsabilité britannique écrasante – intitulée « Falsifications touchant le financement par l’étranger d’Hitler » (Fälschungen zur Auslandsfinanzierung Hitlers). Les archives de Lutz ont été rassemblées, nous dirions volontiers confisquées, à la Stanford University !

    Tout tourne autour d’un membre de la célèbre famille juive américaine des Warburg, prénommé Sydney, qui à l’automne 1933, aurait confié, ne pouvant se démasquer, à un Hollandais Stoup, assassiné en 1944, ce financement par des établissements bancaires de celui qui dominera la scène allemande et européenne ! Stoup en fit un livre. Hélas ce Sydney Warburg en question n’a jamais existé, et le siège de sa banque aurait été, selon ce même Stoup, à New York au  5754 Fourth Avenue, Quatrième Avenue donc, là où résiderait prétendument, le notait-il, la firme  Warburg & Warburg , or la rue cesse au numéro 420 !

    Pour les nombreuses « preuves du financement du régime national socialiste par les banques de New York », Annarion pourra repasser, merci !

    • G.T. 03/11/2017 at

      Répondre

      Dans les commentaires sous cette vidéo sur la chaîne YouTube de M. Reynouard, Francya Bell a répliqué à Annarion :

      Il a déjà répondu dans des anciennes vidéos ! sur phdnm

      Si c’est à mon précédent commentaire que fait allusion Francya Bell, je l’en remercie, mais il me faut préciser que je ne suis pas Vincent Reynouard (et suis assez souvent en désaccord avec lui sur certains points, qui ne sont pas de ceux que les lois républicaines interdisent de discuter).

      Faute de répondre à la réfutation ci-dessus, Annarion a choisi de répéter ses jugements de valeur, sans plus tenter de les étayer sur rien, et de placer cette répétition sous la vidéo n°2 ( https://youtu.be/X7I8FRlNLjw ).

      Presque tout peut se résumer à une seule affirmation : Annarion n’est pas convaincue (mais elle ne donne pas un seul exemple pour justifier ses reproches) et en viendrait même à douter des conclusions de M. Reynouard sur les chambres à gaz. Elle conclut ainsi :

      Les actes de ce dirigeant sont en soi [sic] suffisants pour juger de la nature de son pouvoir.

      Ce qu’elle avait précisé ainsi dans son précédent commentaire :

      Ce qui inquiète ceux qui affirment qu’Hitler était franc-maçon c’est que cela impliquait une opposition au christianisme, mais aussi qu’il mettait ainsi en application le plan prévu par les illuminati. Mais ce qu’il faut regarder c’est le sens de ses actes. De fait ce [n]’est pas la Sainte Allemagne de Hildegard von Bingen qu’il a bâtie, mais un régime fort éloigné du christianisme, de même il n’ a pas rétabli sur son trône un empereur légitime du Saint [E]mpire romain germanique. Donc en rien il ne s’est montré fidèle aux enseignements de l’Église, en tout il a par ses actes contribué à détruire l’Allemagne traditionnelle.

      Peut-être faudrait-il rappeler à Annarion que le fondateur des Illuminati, Adam Weishaupt, désignait ses ennemis comme les nationalistes, et que le national-socialisme est justement aux antipodes de l’idéologie de Weishaupt.
      On se pince quand on lit qu’il aurait fallu qu’Adolf Hitler rétablît le Saint Empire romain germanique pour agir en chrétien : ce régime, ainsi qu’une réplique le lui a rappelé, fut en permanence en opposition avec l’Église. Multinational, il était bien moins opposé au projet des Illuminati que le Troisième Reich. Non seulement Hitler n’a pas contribué à détruire l’Allemagne traditionnelle, mais au contraire son régime apparaît comme ayant inversé la pente que suivirent la République de Weimar, avant lui, et la République fédérale d’Allemagne, depuis la fin de la guerre.

      Quant à l’argument selon lequel le Troisième Reich aurait été intrinsèquement contraire au christianisme, il peut se comprendre de la part de quelqu’un qui ne douterait pas des chambres à gaz, mais justement Annarion avait déclaré être (jusqu’ici…) convaincue par les arguments de M. Reynouard…

      Les nostalgiques du Saint Empire romain germanique sont, pour ceux avec lesquels j’ai discuté, des rose-croix (donc des cabbalistes, des lucifériens, dont la franc-maçonnerie n’est qu’une branche), ou des fédéralistes européistes (donc des défenseurs d’un projet de la C.I A. et de Wall Street, ce qui nous ramène au même point).

      Ce qui explique l’attitude d’Annarion : elle était convaincue par les vidéos révisionnistes jusqu’ici, mais, maintenant que ces vidéos dévoilent la supercherie de la thèse faisant d’Hitler un franc-maçon, elle perd sa conviction précédente ! Au régime hitlérien, qui bâtit un nombre record d’églises et raviva la pratique chrétienne en Allemagne, qui combattit le mondialisme au nom du nationalisme, elle préfère le régime multinational et mondialiste du Saint Empire romain germanique, où la pratique du christianisme finit par s’écœurer à force de dissensions et de guerres civiles, rendues inexpiables par son hétérogénéité. Oui, elle préfère un régime qui ébranla la foi chrétienne… elle le préfère… au nom du christianisme, bien sûr !

      • G.T. 08/11/2017 at

        Répondre

        Petit exemple d’hallucinations sous la vidéo n° 2 ( https://youtu.be/X7I8FRlNLjw ) :

        p gregory :

        [H]itler fesait [sic] parti [sic] de la loge de [T]hulé

        Il prétend plus loin qu’Adolf Hitler l’aurait révélé dans Mein Kampf, de sorte qu’un interlocuteur lui demande :

        Pierre :

        p gregory quelle page svp ?

        En guise de réponse :

        p gregory :

        cherche

        J’ai fait effectuer une recherche automatique dans Mein Kampf ; la Thule-Gesellschaft (Société de Thulé, et non Loge de Thulé) n’y apparaît nulle part. Le mot Thulé est même absent du livre, qui à l’inverse regorge de professions de foi chrétiennes d’Adolf Hitler.

        Les commentateurs comme p gregory n’ont pas même besoin de l’ombre d’un prétexte pour délirer.

        • Trejo-Richard Aurélien 14/11/2017 at

          Répondre

          Premièrement je ne suis pas une femme, il est bon de le préciser. Je n’ai pas en effet pris la peine de démontrer mon propos je l’avoue. Ce serait fort long à vrai dire, car c’est d’un traité de philosophie et de théologie politique qu’il faut rédiger. Bon je peux néanmoins tenter de résumer. Je ne suis absolument pas revenu sur le fait que les arguments de monsieur Reynouard sont pertinents et très convaincants lorsqu’il parle des chambres à gaz. Vous faites allusion je pense à ce que je dis lorsque je signale que cette méthode adoptée par monsieur Reynouard qui consiste à comparer des approches, est selon moi problématique. Car autant les arguments sont irréfutables concernant les chambres à gaz, ou du moins extrêmement solides, autant les arguments pour démontrer qu’Hitler n’est pas franc-maçon le sont moins, et n’ont pas la même force de persuasion. L’approche elle-même manque de rigueur, mais il serait difficile de faire autrement. Ce rapprochement pourrait malheureusement, laisser penser à d’autres, ce n’est pas mon cas, que monsieur Reynouard manque autant de rigueur lorsqu’il s’agit des chambres à gaz, or c’est là un grand dommage qu’il porte à la cause qu’il défend. Monsieur Reynouard n’est ni un théologien ni un philosophe, aussi je ne puis que lui recommander d’en rester à son domaine.

          Le Saint empire romain germanique n’a rien à voir avec les rosecroix ou je ne sais quelle secte de ce type, ce fut le régime politique monarchique de l’Allemagne, aussi comme tout chrétien conforme à l’enseignement des saints pères, je défends la royauté sacrée, qui reçut l’onction depuis la conversion de Saint Constantin la Grand. Défendre la royauté et le régime monarchique c’est là le devoir de tout chrétien depuis l’alliance du trône et de l’autel. Faire construire des Eglises ce n’est pas suffisant, cependant si ce que vous dites est vrai ce fut dans ce cas une bonne chose que de construire des églises. Est-ce suffisant ? Mais fit-il construire des temples protestants ou des églises? S’est-il interrogé sur la vérité concernant l’ecclésiologie ? Enfin vouloir faire le bien et le faire réellement son deux choses distinctes, car l’on peut vouloir bien faire, mais manquer de la sagesse nécessaire pour parvenir à ce but. Or manquant de l’onction que confère le sacre il lui manquait la grâce nécessaire pour exercer la charge qui fut la sienne. Il cherche à fonder un nouveau régime politique, or l’Eglise enseigne qu’il faut rester fidèle aux traditions, les traditions concernées ne sont as uniquement celles de l’Eglise, mais aussi celles qu’ a inspirées l’Eglise, ou qu’elle a sanctifiées. Le simple fait de vouloir substituer à un régime monarchique un nouveau régime est en soi condamnable aux yeux de l’Eglise qui défend toujours le maintien de la tradition d’autant plus si cette tradition est l’expression manifeste de ses enseignements.

          • Trejo-Richard Aurélien 14/11/2017 at

            Le fait qu’Hitler se soit opposé aux multinationales, et au pouvoir mondialiste, ne fait pas de lui ipso facto un défenseur de la cause chrétienne. Et même à supposer qu’il ait voulu bien faire, peut-être n’était-il pas l’incarnation de l’autorité légitime pour le faire, ce qui rendait donc aussi son action mauvaise à certains égards. Quand je dis que le troisième Reich était intrinsèquement opposé au christianisme c’est en ce sens que la foi chrétienne défend les valeurs traditionnelles et l’esprit traditionnel, et uniquement ceux-ci. L’aspect de régime de masse, le fait que l’Allemagne s’industrialise, et reconstruit une armée moderne, malgré certains aspects chevasleresques, produisant donc non des guerriers (c’est -à-dire un homme différencié ) mais plutôt des soldats, et qu’est-ce que ce chrétien qui se propose d’envahir la Russie qui est une terre peuplée de chrétiens persécutés par les communistes mais nullement désireux se voir envahis par les allemands. Il est fort possible que sur certains points le régime national socialiste ait ravivé des forces véritabelement conservatrices et traditionnelles, et que cela ait dans une certaine mesure restauré le pays, mais cela était-il fait pour durer? Le national socialisme était-il compatible avec les enseignements de la foi chrétienne ? Rien n’est moins sûr.

          • Clément 14/11/2017 at

            Bonjour Aurélien, tes remarques sont pertinentes et, du point de vue d’un chrétien, logiques.

            Concernant l’invasion de la Russie il en va de même que l’invasion de la Belgique et des Pays-Bas, c’est une contre-offensive à des préparatifs massifs (100 divisions) de la part des soviétiques. Pas de volonté de faire la guerre ni de conquérir.

          • G.T. 14/11/2017 at

            Merci pour votre réponse, Aurélien Trejo-Richard. Hitler n’a pas envahi la Russie, mais l’Union soviétique, et pour prévenir l’offensive de l’Armée rouge.

            Le « fascisme » veut à faire de chaque homme un héros : en ce sens, il est bien plus traditionnel, et plus chrétien, que le Moyen Âge tardif, que vous semblez prendre pour modèle.

          • G.T. 14/11/2017 at

            Au temps pour moi, Aurélien Trejo-Richard, sous votre nom il est impossible de se tromper sur votre sexe, seul votre pseudo sur Youtube laissait une ambiguïté.

            Je n’ai pas dit que le Saint Empire romain germanique était une œuvre des rose-croix, mais que seuls les rose-croix et les fédéraliste regrettaient ce régime au bilan épouvantable : guerres de religion, affaissement de l’autorité centrale, anarchie, chaos… C’est bien pourquoi il n’est un objet de nostalgie que pour les lucifériens, auxquels vous ne devriez pas mêler votre voix sur ce point.

            M . Reynouard démontre que les prétendues preuve qu’Adolf Hitler aurait été franc-maçon sont des niaiseries ; jamais il ne prétend démontrer qu’il n’était pas franc-maçon. Hitler a aboli les obédiences maçonniques, combattu tous les projets maçonniques : ceux qui veulent en faire un franc-maçon doivent donc faire croire qu’une photo où il croise les mains est une photo où il cacherait sa main dans sa veste. C’est à cela que son interlocuteur demandait de répondre, c’est à cela qu’il a répondu.

          • G.T. 15/11/2017 at

            Trejo-Richard Aurélien,

            Vous déclarez que :

            … comme tout chrétien conformément à l’enseignement des saints pères, je défends la royauté sacrée, qui reçut l’onction depuis la conversion de [s]aint Constantin la Grand.

            Constantin reçut par héritage, à la suite de Dioclétien, grand persécuteur de chrétiens, le pouvoir impérial remontant à César et à Auguste, donc par nature païen, et antérieur au Christ. Constantin ne fut jamais sacré, et ne fut même baptisé que la veille de sa mort (337). Si c’est le sacre qui pour vous rend le pouvoir légitime, alors celui de Constantin ne fut pas légitime ; si c’est le baptême, alors Hitler, baptisé à sa naissance, bénéficia d’une légitimité moins douteuse que celle de Constantin, que vous tenez pour incontestable.

            Le Saint [E]mpire romain germanique … fut le régime politique monarchique de l’Allemagne, aussi comme tout chrétien [conformément] à l’enseignement des saints pères, je défends la royauté sacrée …

            La défense de la royauté sacrée a-t-elle selon vous pour conséquence le rejet de l’autorité non sacrée ? Je vous rappelle que le rex catholicus, le roi d’Espagne, n’était pas sacré, non plus que la plupart des autres souverains catholiques. Clovis non plus ne le fut pas, ni aucun Mérovingien. En 1429, Charles VI fut sacré roi de France à Reims, et, en 1431, son rival, Henri VI d’Angleterre, fut sacré roi de France à Paris : je vous laisse le soin de trancher cet épineux litige.
            Les francs-maçons Napoléon Ier et Louis XVIII furent eux aussi sacrés !
            Le Saint Empire naquit lorsque la Francia orientalis, issu de la division de l’Empire carolingien, supplanta la Lotharingie. Othon se fit couronner empereur (et non sacrer, me semble-t-il) par le pape en 962. Il prétendait être le successeur des Carolingiens, qui avaient le pouvoir de fait depuis la fin du septième siècle. À Pépin le Bref qui voulait régner de nom, et plus sous la théorique autorité d’un Mérovingien, le pape Zacharie répondit que le roi était celui qui avait le pouvoir, de sorte que le dernier Mérovingien fut tonsuré et envoyé dans un couvent (pour lui ôter toute velléité politique et toute possibilité de transmettre son titre). Selon ce principe, conforme à l’enseignement de saint Paul, tout pouvoir vient de Dieu, ce qui rend surprenante votre ferveur à chercher un détour chrétien pour conclure, de concert avec les francs-maçons que le Troisième Reich aurait été illégitime.
            Puisque l’Église déclare que l’exercice du pouvoir en confère la légitimité…

            Faire construire des églises ce n’est pas suffisant, cependant si ce que vous dites est vrai ce fut dans ce cas une bonne chose que de construire des églises. Est-ce suffisant ? Mais fit-il construire des temples protestants ou des églises?

            La réponse va de soi : dans l’Allemagne majoritairement protestante, outre des églises catholiques on construisit des temples protestants, comme sous le Saint Empire romain germanique, que vous déclarez légitime. Depuis la paix d’Augsbourg (1555) y était appliqué le principe non catholique cujus regio, ejus religio (la religion de l’État est celle du prince), principe que vous reconnaissez implicitement légitime puisque appliqué par le Saint Empire romain germanique, État multi-national et multi-confessionnel selon vous légitime.

            Quand je dis que le troisième Reich était intrinsèquement opposé au christianisme c’est en ce sens que la foi chrétienne défend les valeurs traditionnelles et l’esprit traditionnel, et uniquement ceux-ci. L’aspect de régime de masse, le fait que l’Allemagne s’industrialise, et reconstruit une armée moderne, malgré certains aspects chevasleresques, produisant donc non des guerriers (c’est -à-dire un homme différencié ) mais plutôt des soldats, et qu’est-ce que ce chrétien qui se propose d’envahir la Russie qui est une terre peuplée de chrétiens persécutés par les communistes mais nullement désireux se voir envahis par les allemands. Il est fort possible que sur certains points le régime national socialiste ait ravivé des forces véritablement conservatrices et traditionnelles, et que cela ait dans une certaine mesure restauré le pays, mais cela était-il fait pour durer ? Le national-socialisme était-il compatible avec les enseignements de la foi chrétienne ? Rien n’est moins sûr.

            Quelles traditions ? La France du Roi-Soleil n’était pas celle de saint Louis, qui n’était pas celle de Charlemagne, qui n’était pas celle de Clovis, qui n’était pas la Gaule sous Constantin. Où doit-on fixer la tradition ?
            Dès la proto-histoire, l’artisanat influa sur l’armement, donc sur la force d’une armée, donc sur la destinée d’une nation. Tous les souverains chrétiens, dont la légitimité est selon vous incontestable, développèrent ce secteur. De Louis le Grand à son arrière-arrière-arrière-petit-fils guillotiné le 21 janvier 1793, le rex christianissimus (Roi Très-Chrétien, c’est-à-dire le roi de France) eut constamment à sa disposition les meilleures armes : fusils, canons, navires de guerre… Encore à la fin du règne de Napoléon, les armes conçues sous Louis XVI étaient à la pointe du progrès. Et, par l’importance de sa production manufacturée, ou pré-industrielle, déjà le royaume des lys venait en 1789 juste après l’Angleterre. L’Allemagne en 1933 venait après les États-Unis pour la production industrielle ; la qualité de son armement était remarquable, mais, contrairement à l’armement des reges christianissimi, n’excellait pas dans tous les domaines. Aussi me semble-t-il que vous cherchez moins les caractéristiques réelles du régime national-socialiste qu’une différence quelconque, importante ou dérisoire, qui vous permette de justifier la différence de critères de jugement que vous lui appliquez.
            Sur l’invasion de l’Union soviétique et d’autres opérations, vous devriez faire une recherche sur ce qu’en dit M. Reynouard. Et certains des commentaires sous l’article ci-dessous répondent déjà à votre allusion :

            http://www.egaliteetreconciliation.fr/L-Allemagne-est-elle-responsable-de-la-Seconde-Guerre-mondiale-33020.html

            Le régime était-il fait pour durer ? Il me semble que le fait que le Troisième Reich ne mourut que d’une mort violente, écrasé par la force d’une coalition immense, et qu’il fut défendu avec acharnement, devrait vous faire conclure que oui. Après l’entreprise d’émancipation du pays contre la franc-maçonnerie (fermeture des loges, propagande anti-maçonnique, comme le film Forces occultes diffusé en 1943, en France et réalisé par la firme franco-allemande Continental), l’influence de celle-ci fut tant réduite qu’encore aujourd’hui l’Allemagne compte dix fois moins de francs-maçons que la France.

            Rappelons que sous la République de Weimar qui précéda le Troisième Reich des bordels proposaient les charmes d’une mère et de sa fille ensemble, ou les services de petits garçons. Jésus demandait aux pharisiens s’il est permis de faire le bien le jour du sabbat : je vous demande s’il est permis de faire le bien n’importe quand.

            Libre à vous de préférer le régime électif du Saint Empire romain germanique, son caractère multi-confessionnel, multi-national, multi-culturel, ses guerres civiles incessantes, l’abaissement de l’autorité… Libre à vous de défendre ce régime impérial dont les soldats, majoritairement des lansquenets protestants, saccagèrent Rome [ https://fr.wikipedia.org/wiki/Sac_de_Rome_(1527) ]. Libre à vous de juger légitime, au nom de la tradition catholique, l’empereur Frédéric Barberousse, qui mourut en Croisade, et aussi Frédéric II ( http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_II/120272 ), qui, selon divers témoignages, aurait été sceptique, ou même aurait déclaré que le monde avait été trompé par trois imposteurs : Moïse, Jésus et Mahomet. Si vous le déclarez conforme à votre conception du catholicisme, c’est votre droit. Comme il est de votre droit de reprocher à Hitler de n’avoir pas rétabli en 1933 un Habsbourg et le Saint Empire romain germanique, alors que depuis 1806 ce régime n’existait plus, alors qu’au Congrès de Vienne les Habsbourg eux-mêmes avaient entériné cette disparition, et qu’après Sadowa en 1867 aucune des possessions de l’Allemagne de 1933 ne leur demeurait. À moins, bien sûr, qu’au nom du catholicisme vous auriez voulu qu’Adolf Hitler fît couronner un Hohenzollern protestant, héritier légitime du Deuxième Reich (1871-1918) reconnu par les Habsbourg.

            Qu’importe, au nom catholicisme que vous défendez, que votre cher Saint Empire romain germanique ait perdu un tiers de sa population dans l’atroce guerre de Trente Ans (1618-1648) qui fit suite aux guerres de religion qui avaient dévasté ce pays au siècle précédent. Qu’importe que, lors de la dernière guerre de religion, la guerre de la Succession d’Espagne (1700-1714), ce Saint Empire eût combattu, avec l’or des pays protestants, le camp catholique ; la propagande du Roi-Soleil put faire  frapper des monnaies portant, sur une face, le portait du souverain légitime, son petit-fils Philippe, avec la mention Philippus rex catholicus dei gratia (« Philippe, roi catholique grâce à Dieu »), et, sur l’autre, le portait du prétendant Habsbourg, avec la mention Carolus rex catholicus hereticorum gratia (« Charles, roi catholique grâce aux hérétiques »).

            Le national-socialisme était-il compatible avec les enseignements de la foi chrétienne ? Ç’aurait pu être l’objet d’un intéressant débat entre MM. Adrien Abauzit et Vincent Reynouard, si celui-ci n’avait pas perdu sa foi catholique. À défaut, on pourrait débattre de ceci : a-t-il existé un régime qui fût compatible avec les enseignements de la foi catholique, ou d’une autre, ou d’une philosophie, d’une doctrine, d’un système, quels qu’il fussent ?

    • Trejo-Richard Aurélien 14/11/2017 at

      Répondre

      je vous remercie pour cette réponse. J’ignorais en effet que des auteurs aient répondu à Sutton, et ce que vous rapportez le moment venu méritera que je m’y penche plus longuement pour chercher la vérité sur cette question, je laisse donc en l’état cette question pour le moment. Reste un argument majeur et significatif, qui reste sans réponse. Si l’on admet que Hitler n’est pas un franc-maçon, prenons pour acquis que cela est démontré, il n’en demeure pas moins Hitler et un certain nombre de gens dans l’entourage d’Hitler étaient plongé dans l’occultisme. La question est très simple: Hitler faisait-il l’œuvre de Dieu ou une œuvre contraire à Dieu? Car c’est tout ce qui importe: franc-maçon ou non. Au sein de cette question des questions subsidiaires se posent : Le premier point concerne la théologie politique: Hitler détenait-il légitimement le pouvoir ? N’y-avait-il pas un souverain légitime dont Hitler a bafoué les droits ? Ceci est un premier point auquel il faut répondre. Deuxièmement dans n’importe quel des cas Hitler, même en étant un usurpateur, aurait pu néanmoins exercer le pouvoir de façon bonne, c’est à dire en visant le Bien ( ce fut le cas de certains rois et empereurs, qui quoiqu’ayant usurpé le trône, ont cherché à servir le Christ). La deuxième question est donc quel bien doit viser un pouvoir légitime? A cette question la réponse de l’Eglise est que le souverain doit viser le but suivant mener au plan du temporel et au plan du spirituel dont il est responsable, le peuple dont il a la charge au salut. Autrement dit il faut être un souverain pieux et chrétien, il faut être un serviteur dévoué du Christ. A cela j’ajouterai qu’est-ce que l’Allemagne? Ceci est un point crucial car il touche à la philosophie politique d’Hitler qui semble définir l’Allemagne avec des principes du XIX eme siècle, critères nationalistes et ethniques entre autre. Cependant est-ce que cette définition de l’Allemagne est juste ? Qui lui donne la légitimité pour l’imposer au peuple allemand? Peut-on gouverner l’Allemagne si l’on n’est pas l’empereur du Saint empire romain germanique?

      • Clément 14/11/2017 at

        Répondre

        Aurélien, je comprends tes questions, j’ai globalement les mêmes. Cependant au stade où tu es en la question qui suit celles que tu poses est la suivante : pourquoi Aurélien se pose encore des questions sur le pouvoir temporel ? Il ne te reste plus que l’ascèse, la voie christique.

        En quelque sorte tout homme qui n’est pas envoyé par Dieu est un usurpateur, même si celui-ci surpasse dans le bien(et de beaucoup) tous les autres usurpateurs. La question est, quelle est la place d’Aurélien dans la société, dans la vie ? Qu’importe les usurpateurs, les rois, les politiques. Au jour Dernier, Dieu demandera à Aurélien : qu’as-tu fais, quelles sont tes oeuvres ? Et tu n’auras rien à répondre de Hitler ou de Staline ou de Chirac ou de Warburg.

        Sinon cela revient à dire : je ferais le bien, je serais au bon endroit quand je serai guidé en personne par une personne légitime, sainte, pure, parfaite (le Christ, un prophète envoyé de Dieu, etc.). Oui mais bon en ce moment (apparemment) il n’y a personne.

        • Trejo-Richard Aurélien 17/11/2017 at

          Répondre

          Non, il faut œuvrer pour le retour du roi légitime, conforme aux enseignements invariable de l’Eglise catholique ( au sens étymologique du terme), il ne s’agit pas d’attendre passivement qu’un homme parfait nous soit envoyé par Dieu pour nous gouverner, mais il faut que chacun d’entre nous œuvre à l’avènement du futur roi, en préparant les esprits, sans se laisser entraîner par les faux dirigeants de tous ordres, ceux qui sont faussement considérés comme successeurs des rois légitimes, selon une pensée traditionaliste approximative et aux tendances berdiaéviennes, dirai-je. Le bien pour celui qui n’est pas destiné à gouverner mais qui se doit d’agir dans la cité est d’œuvrer selon ses talents au retour du souverain légitime, et de résister au mal en fonction de ses moyens.

          • G.T. 17/11/2017 at

            Selon saint Paul et selon le pape Zacharie, il me semble que vous devriez conclure qu’Adolf Hitler était le souverain légitime.

            Il me semble que c’est à Dieu de juger qui, de vous ou d’Hitler, ou de quiconque, a le moins péché contre sa volonté.

            Péché d’orgueil.

      • G.T. 14/11/2017 at

        Répondre

        Aurélien Trejo-Richard,

        Il y a des occultistes. Quiconque, de par ses fonctions, exerce des responsabilités a au moins quelques occultistes autour de lui.

        Je ne sache pas qu’Adolf Hitler était occultiste : avez-vous des précisions, s’il-vous-plaît ?

        Le Troisième Reich a été reconnu par tous, y compris, si je ne m’abuse, par le Vatican

        • Trejo-Richard Aurélien 17/11/2017 at

          Répondre

          Et bien le choix de la swastika n’est pas sans rapport avec l’occultisme, c’est un symbole païen, sans rapport avec la foi chrétienne. Les rapports avec la société de Thulé, aussi atteste de son intérêt pour l’occultisme. La société ahnenerbe (soleil noir) est aussi une société influente dans les milieux nationaux socialistes. S’il n’était pas un occultiste il ne lui était pas hostile. La résurgence de l’utilisation par les nationaux socialiste des runes, dont l’usage magique par les païens ne laisse pas de doute que les nationaux socialistes avaient des pratiques païennes et occultes. Les rites des skulls and bones semblent s’inspirer des rites occultes pratiqués en Allemagne, en revanche je ne sais de quand date ce lien.

          • Trejo-Richard Aurélien 17/11/2017 at

            Je ne sais si ce reportage pourrait répondre à la question mais je met ici le lien.
            https://www.youtube.com/watch?v=xTBDRPWgi_M

          • G.T. 18/11/2017 at

            Non, l’usage des runes n’implique en lui même aucun occultisme. L’alphabet runique était seulement l’ancien alphabet germain, donc il s’agissait d’un rappel à un souvenir national. De même, de nombreux Français chrétiens honorent Vercingétorix. Ou avez-vous vu qu’honorer ses ancêtres serait de l’occultisme ? C’est au contraire très chrétien.

            Les rapports d’Hitler avec la Société de Thulé ? Vous moquez-vous ? Il a du être reçu une fois par elle.

            La croix gammée ? Il est exact qu’elle fut utilisée des millénaires déjà avant Jésus, mais elle fut aussi un des premiers symboles chrétiens ( http://www.universalis.fr/encyclopedie/svastika/).Sauf de vous, apparemment, son usage chrétien est bien connu !

            https://www.stormfront.org/forum/t713151/

            Enfin ce que j’ai dit prouve, au contraire de vos assertions, l’hostilité d’Hitler à l’occultisme.

            De la citation d’Hitler jusqu’à la référence (Les Esclaves doivent servir. Les Templiers du Reich), il s’agit d’une citation. Une faute de balises empêche de le voir.

          • G.T. 19/11/2017 at

            Trejo-Richard Aurélien,

            Merci pour votre lien. Depuis le temps que je vous demandais sur quoi vous basiez votre assertion faisant d’Hitler un occultiste, je finissais par désespérer !

            J’en suis à la première minute de ce documentaire télévisé (ils ont les moyens !), sur une cinquantaine, et c’est déjà minable.
            Quelques exemples :
            – On y prétend qu’Adolf Hitler aurait été un membre de la Société de Thulé ; d’autres sources du même tonneau, soutenant la même thèse d’un Hitler occultiste, affirment pourtant qu’il n’en fut vraisemblablement jamais membre, et qu’il n’y fut reçu que quelques fois ou même une seule.
            – On y cite une phrase pour attribuée à Dietrich Eckhart : « Il [Hitler] dansera mais c’est moi qui ait commandé la musique. »
            Elle est connue originellement non en allemand, mais en anglais : « Follow Hitler ! He will dance, but it is I who have called the tune. We have given him the ‘means of communication’ with Them. Do not mourn for me ; I shall have influenced history more than any other German. [Suis Hitler ! Il dansera mais c’est moi qui ait commandé la musique. Nous lui avons donné les “moyens de communication” avec Eux. Ne me pleure pas ; je pourrais avoir influencé l’histoire plus qu’aucun autre Allemand.] »
            Wikipedia en donne pour unique source un auteur de fictions et d’ouvrages que je qualifierais de luciférien, l’occultiste irlandais James Herbert Brennan ( https://en.wikipedia.org/wiki/James_Herbert_Brennan ), selon qui Eckart aurait dit cela dans une lettre privée à un ami en 1923. La meilleure chaîne de transmission possible, on l’aura compris…
            – On y prétend qu’un membre de la Société de Thulé connaissait une femme (!) qui connaissait (!) Aleister Crowley, le célèbre sataniste et luciférien britannique, fondateur de l’Ordo Templis Orientalis. Bref, Hitler serait un luciférien !

            Je vous ai déjà dit qu’Hitler fit interdire l’Ordo Templis Orientalis, et arrêter le meilleur ami de Crowley. Crowley fut payé pendant la guerre pour faire croire qu’Hitler était comme lui un adepte de Lucifer. L’origine de ce bobard se trouve dans les bureaux de Roosevelt, franc-maçon du 33e degré, donc conscient de pratiquer un culte luciférien. Comment ne pas voir que l’objectif de cette propagande était de faire se diviser les ennemis des lucifériens, selon le principe, rappelé par Jésus, que tout royaume divisé contre lui-même est destiné à périr ? Comment ne voyez-vous pas les conséquences de votre passive acceptation de tous les mensonges maçonniques ? Vérifiez au moins un tout petit peu ce à quoi vous voulez croire, sinon vous êtes un objet entre les mains des menteurs.

            Première vérification :

            http://en.metapedia.org/wiki/Thule_Society

            Au début de 1920, Karl Harrer fut chassé du DAP [ancêtre du NSDAP] par Hitler pour rompre le lien du parti avec la Société de Thulé, qui déclina par la suite et fut dissoute environ cinq ans plus tard
            [Goodrick-Clarke, Nicholas, The Occult Roots of Nazism : The Ariosophists of Austria and Germany 1890-1935. Wellingborough, England, The Aquarian Press, 1985, p. 221], bien avant l’arrivée de Hitler au pouvoir. Rudolf von Sebottendorff s’était retiré de la Société Thulé en 1919, mais en 1933, il retourna en Allemagne dans l’espoir de la faire revivre. Cette année-là, il publia un livre intitulé Bevor Hitler kam (en allemand : avant qu’Hitler ne vînt), dans lequel il affirmait que la Société de Thulé avait ouvert la voie au Führer : “Les membres de la Société de Thulé furent les premiers à qui Hitler vînt, et les membres de la Société de Thulé furent les premiers à s’unir à Hitler.” Cette affirmation ne fut pas reçue favorablement par le gouvernement allemand : après 1933, des organisations ésotériques (y compris des occultistes völkisch) ont été supprimées, beaucoup furent fermées par la législation anti-maçonnique en 1935. Le livre de Sebottendorff fut interdit etlui-même fut arrêté et emprisonné pendant une courte période en 1934, puis exilé en Turquie. Néanmoins, on a soutenu que certains membres de la Société de Thulé et leurs idées furent incorporées dans le Troisième Reich. [Angebert, Jean-Michel, <i<The Occult and the Third Reich : the mystical origins of Nazism and the search for the Holy Grail. Macmillan Publishing, 1974, p. 9] Certains des enseignements de la Société de Thulé ont été exprimés dans les livres d’Alfred Rosenberg [voir, par exemple, Alfred Rosenberg, Der Mythus des XX. Jahrhunderts : Eine Wertung der seelischgeistigen Gestaltungskämpfe unserer Zeit, Munich, Hoheneichen, 1930]. Beaucoup d’idées occultes trouvèrent faveur auprès de Heinrich Himmler qui, contrairement à Hitler, s’intéressait beaucoup au mysticisme, mais les Schutzstaffel (SS) d’Himmler imitèrent la structure de l’ordre des jésuites de saint Ignace de Loyola [Höhne, Heinz, The Order of the Death’s Head : The Story of Hitler’s SS. Martin Secker & Warburg, 1969, pp. 138, 143–145] plutôt que celle de la Société de Thulé.

            Remarquez déjà qu’Hitler, prétendu membre de la Société de Thulé par ce documentaire, fit couper tout lien entre cette société et son propre parti. Ça va ? Ça ne vous gêne pas ? Pas plus que le fait qu’il ait fait interner en camp de concentration le meilleur ami de Crowley, et interdire son organisation, ce Crowley dont votre documentaire suggère qu’il aurait été un adepte ?

            Deuxième vérification :

            http://www.ihr.org/jhr/v11/v11p121_Grimstad.html

            Troisième vérification :

            Les véritables conviction d’Adolf Hitler. Je vous avais déjà proposé ce lien, qui répond largement à votre affirmation, mais peut-être avez-vous cru inutile de le consulter ?

            http://liberation-44.forumactif.org/t1175-lumiere-sur-un-temoin-oublieanni-winter

        • Trejo-Richard Aurélien 17/11/2017 at

          Répondre

          Le pape Zacharie a une doctrine proche de la conception byzantine, et en somme la vision romaine du pouvoir, mais la loi salique ne suit pas ces principes, et ne s’y conforme guère. Car justement cela nie le principe de légitimité, et c’est plutôt l’assentiment à un état de fait, en somme est souverain qui a la force, cela ne saurait constituer une théorie juridique du pouvoir.

          • G.T. 18/11/2017 at

            La loi salique ne s’appliquait qu’à la monarchie française. Comment pouvez-vous l’ignorer ?

            Si vous êtes en désaccord avec le pape Zacharie, et avec saint Paul, c’est bien la preuve que celui qui s’oppose à la doctrine catholique, c’est vous, et nul autre.

      • Trejo-Richard Aurélien 17/11/2017 at

        Répondre

        Réponse à Gt sur son excellent rappel historique: je ne vois pas de nécessité à reprendre point par point vos arguments, du moins pour le moment. En somme vous semblez contester que la monarchie puisse se prévaloir d’une légitimité plus grande, en rappelant des faits historiques qui démontrent la contingence et la limite de l’application des principes de philosophie politique dans les cas concrets de l’histoire. Que les hommes ne se montrent pas fidèles en toute circonstance des principes philosophiques, ne change pas le fait que ces principes soient vrais. Si l’on veut néanmoins rejeter ces principes de philosophie politique de ce que l’on a appelé l’augustinisme politique (expression sujette à caution). Cependant la question est quelle autre légitimité fondée sur des principes de philosophie politique solide peut-on avancer ? Quelle métaphysique vient-elle alors appuyer ces principes?

        Une autre objection semble être que du fait que le saint empire romain germanique n’est plus qu’il faille alors, par respect pour le principe de réalisme, accepter de donner son allégeance au moindre mal ou à un bien inférieur, afin de pouvoir servir le bien dans des circonstances historiques nouvelles et des conditions historiques différentes. Mais si je peux dire c’est l’homme qui définit en un certain sens sa réalité. Le Saint empire romain germanique, selon l’idéal monarchique, est un idéal que l’on peut poursuivre à toute époque, c’est une affaire de conscience. Ce sont les hommes qui font vivre les idées, et la mort d’un empire et de son idéal est d’abord la mort de l’idéal dans le cœur des hommes, avant de se voir détruits. Donc si les allemands avaient été fidèles aux idéaux médiévaux, et avaient renoncé à l’hérésie protestante ils auraient pu réaliser cet idéal le rendre réel.

        • G.T. 18/11/2017 at

          Répondre

          Réponse à GT sur son excellent rappel historique …

          Merci, je suis honoré de cette remarque. Lorsque je discute avec des lucifériens et que je donne des arguments établissant leurs erreurs, ils explosent en injures. Je rends hommage à votre comportement, impeccable et on ne peut plus honorable, malgré notre désaccord.

          En somme vous semblez contester que la monarchie puisse se prévaloir d’une légitimité plus grande, en rappelant des faits historiques qui démontrent la contingence et la limite de l’application des principes de philosophie politique dans les cas concrets de l’histoire.

          Non, je voulais seulement dire que votre critique sur la légitimité du pouvoir d’Adolf Hitler est basée sur une erreur d’espace et de temps. Vous semblez croire qu’avant la République de Weimar il y aurait eu en Allemagne une monarchie de droit divin, un souverain légitime attendant d’être sacré, or la dynastie française des Capétiens fut à peu près la seule qui fût conforme à ce modèle. En calquant sur l’Allemagne le modèle français vous faites une faute ; si on la corrige, votre assertion tombe d’elle-même.

          Le Saint [E]mpire romain germanique, selon l’idéal monarchique, est un idéal que l’on peut poursuivre à toute époque, c’est une affaire de conscience.

          Je ne le crois pas. Le Saint Empire romain germanique ne fut qu’un État fantoche, indigne du nom de monarchie, pendant l’essentiel de son existence. Les Habsbourg qui tentèrent de le faire renaître menaient un projet mondialiste, donc anti-chrétien.

          Ce sont les hommes qui font vivre les idées, et la mort d’un empire et de son idéal est d’abord la mort de l’idéal dans le cœur des hommes, avant de se voir détruits. Donc si les Allemands avaient été fidèles aux idéaux médiévaux, et avaient renoncé à l’hérésie protestante ils auraient pu réaliser cet idéal le rendre réel.

          Cet idéal, je le redis, était anti-chrétien. La dynastie des Habsbourg se donna pour devise AEIOU, interprétée comme signifiant en latin Austria est imperare orbi universo (« Il revient à l’Autriche de commander à la sphère du monde »), et, en allemand, Alles Erdreich ist Österreich Untertan (« Tout royaume terrestre est sujet de l’Autriche »). Vous connaissez la parabole de la tour de Babel : les nations sont une œuvre de Dieu, il est blasphématoire de vouloir les unir. C’est le projet des lucifériens, ce ne peut être celui d’un chrétien.
          Il me semble que le schisme protestant fut non la cause, mais la conséquence du caractère multi-national de cet ensemble politique. À force de vouloir être plus grosse que le bœuf, la grenouille devait bien finir par éclater, et l’Empire était de fait presque mort depuis longtemps, justement des dissensions causées par son hétérogénéité.
          Le grand ennemi du Saint Empire romain germanique fut la dynastie des Capétiens : entre une monarchie sacrée, successible et nationale d’une part, et d’autre part un conglomérat informe chapeauté par un souverain arrivé sans ordre de succession, par élection et corruption, il me semble que votre choix de chrétien devrait être facile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *