Se fondant sur un document historique capital mais occulté,

Vincent Reynouard explique pourquoi, en 1945, les Anglo-américains n’avaient pas le choix : ils devaient reprendre à leur compte les bobards grossiers de la propagande soviétique. Aujourd’hui, toutefois, cette situation se retourne contre les gardiens de la Mémoire (d’où leur refus de débattre)…

 

 
 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+