Vincent Reynouard aborde un sujet méconnu : le mitraillage des civils français par l’aviation anglo-américaine entre 1942 et 1944.

Trains, voitures, camions de ravitaillement, convois funèbres, colonnes de réfugiés… rien n’était épargné.

Plan de la vidéo :
 
– Mitrailler tout ce qui bouge au sol
– On tente de se protéger comme on peut
– Mitraillages en série de trains de voyageurs
– Ces actes d’héroïsme oubliés…
– … car il faudrait rappeler l’enfer des bombardements
– Amnésie et mensonges : la fausse mémoire imposée aux jeunes générations

 

 
 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

7 comments

  1. Bernard 09/06/2018 at

    Répondre

    Et les mitraillages et bombardements délibérés de civils Français par la LUFTWAFFE durant l’invasion nazie de la France en 1940??! Non, visiblement, çà ne dit rien à la « Raie Noire »!!…

    • G. T. 10/06/2018 at

      Répondre

      Si votre penchant pour le scatologique révèle vos lectures, vous serez bien aimable de me dire quand, selon vous, les Allemands auraient mitraillé des objectifs sur des sites français en temps de paix ; car c’est de cela qu’il s’agit ici : les attaques mentionnées ne sont pas l’équivalent des opérations de la Luftwaffe lors de l’invasion de mai et juin 1940, maissauf en août 1942 avant le débarquement de Dieppe, et à partir du printemps de 1944 pour les débarquements de Normandie et de Provence, ces atrocités ne pouvant se justifier par des opérations militaires.

      Alors, Bernard, j’attends : quelles seraient, selon vous, les opérations de la Luftwaffe qui en seraient l’équivalent ?

      Non ? Pas d’idée, Bernard ?

      • G. T. 10/06/2018 at

        Répondre

        Je corrige ici une faute de frappe qui nuit à mon commentaire :

        Les attaques mentionnées dans la vidéo de M. Reynouard ne sont pas l’équivalent des opérations de la Luftwaffe lors de l’invasion de mai et juin 1940, car, sauf en août 1942 juste avant le débarquement de Dieppe, et à partir du printemps de 1944 pour la préparation des débarquements de Normandie et de Provence, ces atrocités alliées ne pouvant se justifier par le soutien à une force invasive.

        J’ajoute le bilan de ces atrocités alliées :
        70 000 Français tués par les bombardements aériens alliés ;
        40 000 Français tués par les mitraillages et bombardements terrestres et navals des alliés ;
        17 000 Français massacrés lors de l’Épuration, presque tous innocents, puisque moins de mille avaient été jugés, si sommairement que ce fût.
        Soit de 120 000 à 130 000 civils français massacrés par les Alliés.

        Occupation, Libération…

        L’occupation en Palestine (vidéo dont je ne partage pas les opinions, la comparaison du sionisme et de l’apartheid au profit du premier me sembant une outrance des sionistes) :

        https://youtu.be/tpGqtexG8-g

    • al triolet 09/07/2018 at

      Répondre

      A existé. Mais grandement exagéré par l’Histoire officielle.
      Sans commune mesure avec ce qui fut fait en Allemagne.

  2. Cédric 03/06/2018 at

    Répondre

    Encore une très belle vidéo, un grand merci à vous.

  3. ROGNON 31/05/2018 at

    Répondre

    Bonjour. Merci pour votre travail. Un article sur le viol des femmes françaises par les alliés serait intéressant. Il s’agissait souvent d’hommes noirs. Cela s’est passé surtout en Normandie apparemment. Ainsi que sur les berlinoises violées par les russes. Et enfin sur ces 3000 prisonniers allemands laissés par les américains aux russes et qui furent tous assassinés.

    • G. T. 12/06/2018 at

      Répondre

      Sans parler des Soviétiques aimablement rendus par l’oncle Sam à Staline, et qui connurent un sort épouvantable ; sans parler des Allemands expulsés dans le sang, alors que les armes s’étaient tues, officiellement, ou massacrés par l’Armée rouge pendant le conflit. L’Union soviétique, pour être juste, massacra et terrorisa ses populations ou celles des pays conquis même en temps de paix.

      Erc…

      À toutes ces victimes,et à tant d’autres, jamais pleurées, parce que leurs tueurs gagnèrent la guerre, preuve, n’est-ce pas, qu’ils étaient les bons. Les bons tueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *