Réflexions sur le récent mariage du prince Harry et de Meghan Marckle.

Dans cette vidéo, Vincent Reynouard en revient très rapidement à la “Pentocôte sanglante” du mois de mai 1944, lorsque l’aviation alliée pilonnait la France, semant la mort et la destruction, et que la résistance se livrait à l’assassinat de Français.

 

 
 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

1 comment

  1. G. T. 24/05/2018 at

    Répondre

    Il est peu connu que ce prince a une partie de ses racines en Inde, quoique fort lointainement ( https://en.wikipedia.org/wiki/Ruth_Roche,_Baroness_Fermoy ).

    La mode de la mariée en blanc ne remonte qu’au mariage de la reine Victoria d’Angleterre, en 1840 ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Robe_de_mari%C3%A9e_de_la_reine_Victoria ; https://en.wikipedia.org/wiki/Wedding_dress_of_Queen_Victoria ). Sa robe blanche avait été conçue par un Écossais dénommé William Dyce ( https://en.wikipedia.org/wiki/William_Dyce ), proche de la Fraternité pré-raphaélite ( https://en.wikipedia.org/wiki/Pre-Raphaelite_Brotherhood ;
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9rapha%C3%A9lisme ), dont la doctrine mêlait un romantisme ennemi du monde moderne et reprochait au classicisme des racines jugées païennes ( https://en.wikipedia.org/wiki/John_Ruskin ). L’idéal féminin de ce mouvement se portait vers des silhouettes ayant conservé les formes adolescentes ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Elizabeth_Siddal ), au point qu’on a soupçonné chez certains de ses membres un penchant, platonique, pour les nymphettes.

    Quoi qu’il en fût des désirs de ces quelques pré-raphaélites, et tout en sachant que l’Angleterre telle qu’elle était alors ne pouvait rien sécréter qui aurait été entièrement traditionnel, certaines des idées de ce mouvement romantique peuvent paraître opposées au sens général de la modernité – dont les thuriféraires n’étaient pas non plus au-dessus de tout reproche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *