Vidéo de ma conférence du 23 mars sur Discord et intitulée: La droite nationale doit soutenir le révisionnisme.

J’y résume brièvement mon parcours et justifie mon choix de dédier ma vie au rétablissement de la vérité en histoire. Documents à l’appui, j’explique pourquoi, selon moi, la droite nationale commet une grave erreur lorsqu’elle se distancie du révisionnisme, arguant que cela n’intéresse personne et que c’est contre-productif. A l’aide d’exemples, je démontre que cette stratégie est non seulement inefficace, mais aussi désastreuse, le poids de l’histoire écrite par les vainqueurs rendant impossible toute renaissance nationale. Certes, je ne demande pas à un parti légalement constitué de défendre ouvertement le révisionnisme (les lois actuelles l’interdisent), mais il existe un autre façon d’agir pour prendre nos adversaires à leur propre piège. Dans cette conférence, je dévoile cette stratégie…

Plan de la conférence
 
Je découvre le principal ressort de la propagande antinationale
Une expérience grandeur nature : les élections présidentielles d’avril-mai 2002
L’analogie-déduction contre toute renaissance nationale
La stratégie hypocrite de l’évitement
Une stratégie inefficace
Une stratégie aux conséquences désastreuses
L’idéologie des Droits de l’Homme empêche toute renaissance nationale
La croyance en l’Holocauste pour justifier le rejet de la droite nationale
Conclusion : le révisionnisme toujours plus utile
 
Musique : Fantôme déconnecté
https://www.youtube.com/channel/UCN4J3NhfGja2Be2nDHdpB7w

 

 
 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

8 comments

  1. beflap 22/04/2018 at

    Répondre

    je hebt ze niet alle 24 in een kratje.

  2. Natroy 04/04/2018 at

    Répondre

    12:54 N’était-ce pas plutôt en 2010 (le 9 décembre pour être précis) ? Bruno Gollnisch avait notamment révélé qu’Arlette Chabot lui avait répondu sèchement que lui n’aurait pas son temps d’antenne, n’ayant pas l’heur de plaire aux tristes sires des médias, contrairement à sa concurrente d’alors Marine Le Pen ; illustration d’une inégalité de traitement qui a sûrement joué dans l’élection à la présidence du Front national.

    « Bruno Gollnisch lui, relève l’Express.fr, n’aura pas droit à la moindre minute d’antenne », lequel a fustigé « l’attitude scandaleuse » de Mme Chabot : « Elle n’a pas cru bon de me donner dix secondes d’antenne. A mon attachée de presse, elle a répondu: Mais vous êtes idiote, vous n’avez pas compris que nous avons décidé de ne pas inviter Bruno Gollnisch ! »

    https://gollnisch.com/2011/01/07/qui-sera-le-futur-president-du-fn-ne-pas-vendre-la-peau-de-lours/

    • G. T. 18/04/2018 at

      Répondre

      J’ai cherché la date exacte de cette citation, en vain. Je pense pourtant que c’était bien en 2015, Mlle Marine Le Pen déclarant ne se soucier que des préoccupations présentes des Français pour justifier l’exclusion de son père ( http://www.jeanmarielepen.com/2015/05/declaration-de-jean-marie-le-pen-au.html ), qui était coupable de s’intéresser au passé.

      C’est l’éternel argument de tous ceux qui se croient des stratèges avisés contre ceux qui seraient des passéistes obsédés et bornés : occupons-nous du présent, et de l’avenir, cela seul compte !

      Cela fait des décennies que chaque nouvelle génération de ces prétendus stratèges reprend la voie qui échoue toujours, et toujours ils croient être les premiers à la tenter.

      Le lien que vous donnez est très intéressant pourtant : M. Bruno Gollnisch a été victime d’une sorte de boycott médiatique, tandis que Mlle Marine Le Pen a bénéficié, à ce moment où le FN devait choisir son nouveau président, du soutien manifeste des journalistes, caste éminemment hostile au FN. Elle était le choix conseillé à ce parti par ses pires ennemis.

      Et les stratèges avisés du FN ont « sagement » suivi les conseils de leurs pires ennemis. Avec le résultat, pourtant prévisible, que l’on commence à voir.

      Tournée vers le passé, la « Mémoire » est-elle sans conséquences pour ceux qui veulent bâtir l’avenir ?

      La mémoire de la Shoah est devenue un des socles de l’unification européenne, non sans répercussions sur la reconstruction historique, les témoignages et leurs enjeux.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Annette_Wieviorka

      • G. T. 19/04/2018 at

        Répondre

        Les propos de Mlle Matine Le Pen cités par M. Vincent Reynouard, qui auraient été tenus en 2015 :

        Les Français attendent de nous que nous apportions des réponses à leurs préoccupations, et elles sont multiples, et je voudrais conserver mon énergie, mon dynamisme, ma volonté et mes efforts à répondre aux préoccupations actuelles des Français.

        À comparer avec ce qu’elle avait dit en juin 2014 à l’hebdomadaire Valeurs actuelles :

        Si le Front national d’aujourd’hui n’est plus le même, sur plusieurs aspects, que le Front national d’hier, c’est parce qu’il s’est adapté, sous ma conduite, aux préoccupations actuelles des Français.

        https://www.valeursactuelles.com/politique/exclusif-marine-le-pen-que-mon-pere-soutienne-un-candidat-contre-moi-46282

        L’ensemble de l’entretien mérite d’être lu car Mlle Le Pen y explique sa stratégie… Elle y déclarait aussi (portion de l’article non disponible en ligne) que le FN était le meilleur bouclier pour protéger les Français juifs. Et on a pu la voir au début de cette année participer à une manifestation en faveur d’une victime d’un fait divers atroce, vraisemblablement crapuleux, mais qualifié d’antisémite par la presse et la classe politique car la victime en était juive. Elle y fut protégée de ceux que sa présence révulsait par… la « ligue de défense juive », organisation classée comme terroriste aux États-Unis. Voir l’analyse du Dr Salim Laïbi.

        https://youtu.be/Hkj0kfJoQOY

        Des faits divers pires encore se déroulent régulièrement ; en parler lorsque la victime n’est pas juive a pour conséquence qu’on est catalogué par la presse comme étant à l’extrême droite, ou fasciste…

        L’antiracisme est un ultra-racisme : s’y conformer, même par « stratégie », c’est faire de ses propres concitoyens des êtres de second ordre, intermédiaires, quant à leurs droits, entre l’animal et le citoyen.

  3. G. T. 03/04/2018 at

    Répondre

    Daniel Cohn-Bendit : « Il faut arrêter de dire que le peuple a toujours raison. »

    https://www.dailymotion.com/video/x6euc20

    Ce qu’on appelle aujourd’hui démocratie est l’inverse de la démocratie ; homme de son temps, Hitler a commis sur ce point l’erreur d’accepter le mensonge de ses ennemis.

  4. Atos-Philippe 02/04/2018 at

    Répondre

    « Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes.
    L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées.
    Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter.
    Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif.
    Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux.
    En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur.
    L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir ».

    Serge Carfantan.

    Serge Carfantan est docteur agrégé de philosophie, spécialiste de la philosophie indienne et de la pédagogie de la philosophie.
    Il a enseigné à Bordeaux, Libourne, Parentis, Mont de Marsan, Pau et à l’université de Bayonne.
    Ce texte a été écrit dans le cadre d’un cours sur le cynisme politique, dans lequel il s’inspire notamment des oeuvres d’Aldous Huxley, le Meilleur des mondes, et de Gunther Anders, l’Obsolescence de l’homme.

    • marthe 17/04/2018 at

      Répondre

      Merci pour le texte de Carfanfra. On a cree des institutions qui asphixie le cerveau des pauvres gens comme la bureaucratie de l’anpe, les accompagnements sociaux presque obligatoire pour les plus pauvres qui etouffent encore plus leur esprit car tout accompagnement doit etre desire par la personne sinon c’est du viole mentale organise. Quand a l’extreme droite actuelle, elle se sionise (sionisme) de plus en plus se rejouissant de l’expulsion des jeunes paysans de la zad de notre dame des landes alors qu’elle pretendait defendre la paysannerie. Il n’y a plus de droite nationale en France. Ils veulent tous des moutons. Expulser des etrangers c’est une chose mais expulser des jeunes francais qui revent du retour a la terre s’en est une autre.

  5. RENARD 31/03/2018 at

    Répondre

    Intéressant bien sûr comme d’habitude, maitenant je me demande ce que je pourrais faire pour faire avances la cause.
    Peut-être qu’un jour j’aurai une idée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *